COLBRELLI IVANO

E. info@colbrelliivano.it
T. 0365 85000

Depuis 30 ans, monteurs coutellerie tiers

Cette société a été fondée en 1988 dans un village de la Vallesabbia, exactement Vestone dans la province de Brescia.

C'est une petite entreprise qui traite, avec passion et enthousiasme, l'assemblage des articles pour les meubles et ménage. Il a axé son développement dans l'ensemble de couverts composés de matériaux de haute qualité en plastique, céramique, bois et acier.

Principaux processus:

L'histoire des couverts

Les couverts accompagnent toujours l'un des plus bien-aimés et célébrés rites des hommes: le repas. Un service plaisant rends agréables tous les plats, décore et personnalise la table. Nous voulons vous donner un peu d'informations sur l'histoire de ces outils nobles.

Le couteau, par exemple, c’est l'outil le plus ancien. Déjà à l'âge de bronze avait la forme classique qui conserve encore aujourd’hui. Bien connu dans la Grèce antique le couteau, forgé en fer ou en bronze, avec la poignée décorée, a été utilisé dans la cuisine et pour la chasse. Les Romains l'utilisaient surtout pour les rites sacrificiels. Au Moyen Age la nourriture était déjà servie en morceaux et mangée avec les mains, le couteau, plus qu’un couvert, etait une arme élégante portée à la ceinture. La production de couteaux, esthétiquement de plus en plus précieux et élégants, était très répandue en Espagne et en France, mais c’était l’ItaIie à détenir le record jusqu'à ce que la période de la Renaissance. Pendant l’âge baroque le couvert connait son plein développement dans la décoration de la poignée, qui en 1700 sera fabriquée dans les meilleurs matériaux, comme la porcelaine et la nacre arrivant à l'époque moderne avec un design simple et plus linéaire.

La première cuillère rudimentaire était peut-être la coque à partir de laquelle elle a prise son nom. Pendant de nombreuses années elle a été fabriquée en bois, puis, au Moyen Age, elle s’est enrichie avec des matériaux précieux: les poignées sont faites d'ivoire et cristal, recouvertes d'émail et de pierres précieuses. Entre 1500 et 1600, le poignée est prolongée, peut-être pour éviter de salir avec de la sauce les vêtements encombrants des convives. Lorsque le café et le thé ont été introduits, de nouvelles fonctions et de nouvelles forms sont parues, comme les cuillères à café et les pinces pour le sucre. La concavité de la cuillère est plus profonde et la forme de la poignée analogue à celle d'aujourd'hui. Les nouvelles «règles» de la table exigent que les couverts ne sont plus pris avec son poing, mais avec le pouce, l'index et le majeur. En 1700 cette ancienne couvert connait son temps le plus élégant: les poignées sont faites de céramique ou de porcelaine. Au XIXe siècle, il apparaît les cuillères pour le dessert et pour l'œuf à la coque, finement travaillé.

Depuis 1500, l'usage des mains a été considéré comme barbare et un signe de manque de respect, mais la fourchette existait déjà à l'époque romaine, mais rarement utilisée: l'étiquette demande l'usage des mains. Répandu d'abord dans le sud de l'Italie, puis dans le reste du pays ,on l’a utilisée seulement pour les fruits. Après ce couvert pris une connotation d'originalité, dans la Florence des Médicis on préférait garder la fourchette entre les bijoux plutôt que de l'utiliser pendant les repas. À partir de 1500, tandis qu'en Italie elle est devenue couramment utilisée, dans le reste de l'Europe, comme elle etait considerée un objet de luxe, ne reçoit pas le succès mérité. Au XVIIe siècle, dans les pays visés par un régime particulierment austère, la fourchette est même interdite de la table: trop inutile. Louis XVI a estimé qu'elle était un raffinement exagéré. Seulement pendant le XVIIIe siècle on prendra l'habitude d'utiliser ce couvert et cessera d'être considéré comme "frivole".